Gazprom suspend ses livraisons à la Pologne et à la Bulgarie pour non-paiement en roubles

- Avec AFP

Gazprom suspend ses livraisons à la Pologne et à la Bulgarie pour non-paiement en roubles
Suivez RT France surTelegram

Le groupe russe a annoncé suspendre à partir du 27 avril ses livraisons de gaz vers les groupes gaziers polonais et bulgare PGNiG et Bulgargas. Gazprom a précisé que ceux-ci n'avaient pas réalisé le paiement en roubles comme l'impose un décret.

Dans un communiqué de presse publié ce 27 avril, Gazprom a annoncé avoir complètement suspendu les livraisons de gaz à Boulgargaz (Bulgarie) et PGNiG (Pologne) en raison du non-paiement en roubles. Selon un décret présidentiel russe pris fin mars 2022 dans le contexte des sanctions occidentales visant Moscou pour son opération militaire en Ukraine, les paiements pour les livraisons de gaz doivent se faire en roubles.

«Les contreparties ont été informées de cela à temps. En conséquence [de leur non-paiement en roubles], Gazprom Export a notifié à Bulgargaz et PGNiG la suspension des fournitures de gaz à partir du 27 avril et jusqu’à ce que le paiement soit effectué conformément à la procédure établie par le décret. La Bulgarie et la Pologne sont des États de transit. En cas de retrait non autorisé de gaz russe des volumes de transit vers les pays tiers, les fournitures pour le transit seront réduites de ce volume», peut-on encore lire dans le texte.

La veille, l'entreprise polonaise PGNiG avait fait savoir dans un communiqué : «Le 26 avril 2022, Gazprom a informé [le gazier polonais] PGNiG de son intention de suspendre complètement les livraisons dans le cadre du contrat Yamal [...] le 27 avril.»

«Aujourd'hui, Bulgargas EAD a reçu la notification que les livraisons de Gazprom Export seront suspendues à partir du 27 avril 2022», avait également affirmé un peu plus tard le ministère bulgare de l'Economie, alors que ce pays d'Europe orientale est dépendant à plus de 90% du gaz russe.

Ces deux membres de l'OTAN et de l'Union européenne (UE) se disent toutefois préparés à obtenir le gaz manquant par d'autres sources.

«Il 'y aura pas de pénurie de gaz dans les foyers polonais», a assuré sur Twitter la ministre polonaise du Climat, Anna Moskwa, affirmant que Varsovie était prêt «à une indépendance totale vis-à-vis des matières premières russes».

«Des actions pour trouver des arrangements alternatifs pour la fourniture de gaz naturel et faire face à la situation [ont été entreprises]», a souligné pour sa part le gouvernement bulgare dans un communiqué, assurant ne prévoir «à l'heure actuelle» aucune mesure de restriction de la consommation.

Après l'introduction de sanctions occidentales contre la Russie pour son opération militaire en l'Ukraine, les autorités russes avaient averti les pays de l'UE que leur approvisionnement en gaz serait interrompu s'ils ne payaient pas en roubles depuis des comptes russes. La Russie avait précisé cependant que le prix du gaz restait libellé dans la devise des contrats en cours, soit le plus souvent en euros ou en dollars, et que les clients devraient effectuer une simple opération de change en Russie.

Sofia a dénoncé «la nouvelle procédure de paiement en deux étapes proposée par la partie russe», la considérant«[non] conforme au contrat existant jusqu'à la fin de cette année» et présentant des risques importants pour la Bulgarie, «notamment celui d'effectuer des paiements sans recevoir aucune livraison de gaz de la partie russe».

Réagissant à l'annonce de Gazprom, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dénoncé sur Twitter une «nouvelle tentative de la Russie de nous faire du chantage au gaz». Elle a ajouté : «Nous élaborons notre réponse européenne coordonnée. Les Européens peuvent être sûrs que nous sommes unis et solidaires avec les États membres touchés.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix