«N'oublions pas les souffrances que nous avons infligées» : Villepin reprend BHL sur l'Ukraine

Dominique de Villepin en 2018© Joël SAGET Source: AFP
Vidéo
Dominique de Villepin à Paris, le 31 mai 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Face à Bernard-Henri Lévy, l'ex-Premier ministre a appelé à ne pas oublier «le martyr qu'a connu le peuple irakien» et a estimé qu'une réponse militaire occidentale à l'intervention russe en Ukraine aggraverait les souffrances des civils.

Lors d'une émission spéciale intitulée Ukraine : la guerre en Europe diffusée dans la soirée du 24 février sur France 2, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin s'est ouvertement opposé à Bernard-Henri Lévy, ce dernier souhaitant une réponse militaire occidentale en Ukraine.

Celui qui fut également ministre des Affaires étrangères s'est exprimé en ces termes : «N'oublions pas, Bernard-Henri Lévy, les souffrances, le martyr qu'a connu le peuple irakien, le martyr, la souffrance qu'a connu le peuple libyen. Je vous parle de la souffrance des peuples [...] N'oublions pas les souffrances que nous avons infligées, par des interventions militaires sans issue.»

«Moi je vous parle des souffrances que, à cet instant même, l'armée de Poutine est en train d'infliger aux civils d'Ukraine», lui a alors rétorqué l'écrivain, ce à quoi Dominique de Villepin a répondu sans ambages : «Eh bien ne les aggravons pas ces souffrances ! La réponse militaire les aggravera, conduira Vladimir Poutine à surenchérir dans une escalade militaire où sa détermination sera toujours plus grande que la nôtre.»

Je ne crois pas que la posture sur des plateaux de télévision sois la bonne réponse

«La résistance ne doit pas se placer sur ce terrain là [militaire], nous avons d'autres moyens d'atteindre [Vladimir Poutine] et je ne crois pas que la posture sur des plateaux de télévision soit la bonne réponse», a conclu l'homme qui a prononcé le discours contre l'intervention militaire en Irak devant le Conseil de sécurité des Nations unies en 2003. 

Bernard-Henri Lévy avait déjà apporté son soutien au coup d'Etat de 2014, qui s'était soldé par la chute du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, en se rendant notamment auprès des manifestants du Maïdan.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix