L'offensive russe en Ukraine se poursuit

L'offensive russe en Ukraine se poursuit© Konstantin Mihalchevskiy Source: Sputnik
en continu
Militaires russes à Armyansk en Crimée, Russie, le 24 février 2022 (image d'illustration) (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'intervention armée visant selon la Russie à «démilitariser» l'Ukraine, suit son cours, après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des républiques autoproclamées du Donbass. De nombreux pays dénoncent ce qu'ils qualifient d'invasion.

Mise à jour automatique
  • Les pays de l'OTAN sont prêts à apporter leur aide militaire à l'Ukraine aussi longtemps que nécessaire, a assuré la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock. «Nous sommes d'accord pour ne pas relâcher nos efforts nationaux, en particulier en matière d'assistance militaire, et que nous ne le ferons pas tant que l'Ukraine aura besoin de cette assistance pour assurer l'autodéfense de son pays», a déclaré la ministre à l'issue d'une réunion informelle de l'Alliance atlantique à Berlin.

  • La candidature annoncée de la Finlande et de la Suède à l'OTAN constitue la preuve qu'«une agression ne paie pas», a assuré ce 15 mai le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg. «Ce serait un moment historique» si les deux pays nordiques demandaient officiellement à adhérer à l'OTAN, a-t-il dit à l'issue d'une réunion informelle des chefs de la diplomatie de l'organisation à Berlin. «Leur adhésion renforcerait notre sécurité commune, démontrerait que la porte de l'OTAN est ouverte et qu'une agression ne paie pas», a-t-il ajouté. La veille, le président russe a estimé qu'une telle démarche constituait une «erreur».

  • Le conflit en Ukraine connaîtra un «tournant» en août et la Russie sera défaite «avant la fin de l'année», a prédit ce 14 mai le chef du renseignement militaire ukrainien, assurant que Kiev parviendrait à reconquérir l'ensemble de son territoire. La victoire ne sera «pas facile», mais «elle arrivera», a déclaré Kyrylo Boudanov dans un entretien à la chaîne britannique Sky News publié le 13 mai au soir, où il se dit «optimiste» au vu de l'évolution actuelle du conflit.

  • Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont assuré le 14 mai qu’ils ne reconnaîtraient «jamais» les frontières que la Russie a «essayé de changer par son intervention militaire en Ukraine».

    Réunis pour trois jours à Wangels, au nord de l'Allemagne, les chefs de la diplomatie du G7 ont par ailleurs promis «d'élargir les sanctions» économiques visant Moscou à «des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante» tout en exhortant la Chine à «ne pas saper» ces mesures.

  • Le ministère russe de la Défense a rapporté ce 13 mai, qu'à l'initiative de la partie américaine, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou avait eu un entretien téléphonique avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin. «Les questions d'actualité de la sécurité internationale, y compris la situation en Ukraine, ont été abordées», indique le ministère.

    Le porte-parole du Pentagone John Kirby a rapporté de son côté que Lloyd Austin, lors de ce même appel téléphonique, avait «exhorté à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine et souligné l'importance de maintenir des lignes de communication».

  • L'Union européenne va fournir une aide militaire supplémentaire de 500 millions d'euros aux autorités ukrainiennes, pour les aider dans leur lutte contre l'armée russe, a déclaré ce 13 mai le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell. Le financement de l'UE pour soutenir l'effort militaire ukrainien «sera ainsi porté à 2 milliards d'euros au total» (depuis le début de l'opération militaire russe en Ukraine 24 février), selon la même source.

    Josep Borrel s'est exprimé à Wangels, dans le nord de l'Allemagne, où sont réunis jusqu'au 14 mai les chefs de la diplomatie du G7.

    Depuis fin février, les autorités russes ont mis en garde à de nombreuses reprises les Occidentaux contre une implication dans le conflit via la livraison d'armements aux autorités ukrainiennes.

  • Le président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand, Olaf Scholz, ont eu une discussion téléphonique à propos des aspects humanitaires du conflit. Vladimir Poutine a évoqué des mesures prises pour assurer la sécurité des civils et l'évacuation, avec la participation de représentants de l’ONU et du Comité international de la Croix-Rouge, de civils retenus par les forces ukrainiennes à l’usine Azovstal à Marioupol.

    Le président russe a souligné la persistance de «violations flagrantes du droit international humanitaire» côté ukrainien, de la part de «terroristes partageant l’idéologie nazie». Un point sur les négociations russo-ukrainiennes, qui seraient essentiellement bloquées par Kiev, a aussi été fait. Les deux dirigeants ont convenu de rester en contact.

  • Les autorités ukrainiennes et des témoins interrogés par l'AFP ont accusé ce 12 mai les forces russes d'avoir tiré au char sur une maison dans un village près de Kharkiv, dans l'est du pays, tuant plusieurs civils.

    La chaîne américaine CNN a pour sa part publié ce même jour ce qu'elle présente comme des images de vidéosurveillance montrant deux civils ukrainiens abattus dans le dos par des soldats russes.

  • Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a approuvé ce 12 mai par 33 votes pour 2 contre (Chine et Erythrée) et 12 absentions (dont l'Inde, le Sénégal et le Cameroun), une résolution visant les forces militaires russes. Le texte demande que la commission internationale de l'ONU sur l'Ukraine mène une «enquête» sur de graves violations des droits de l'homme présumées dans les régions de Kiev, Tcherniguiv, Kharkiv et Soumy à la fin de février et en mars 2022, «en vue de demander des comptes aux responsables».

    Guennady Gatilov, représentant permanent de la Russie auprès du bureau de l’ONU et d’autres organisations internationales à Genève, avait critiqué la tenue de cette session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en ces termes : «L'Occident dans son ensemble met en scène un nouveau sabbat politique pour diaboliser la Russie.»

  • Une frappe aérienne russe sur la ville de Novgorod-Siverskiï, dans le nord-est de l'Ukraine, aurait fait au moins trois morts et 12 blessés dans la nuit du 11 au 12 mai, d'après les services de secours locaux à l'AFP. La Russie n'a pas confirmé dans l'immédiat.

Découvrir plus

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix