Quatennens assure qu'il n'y a «pas d'arrangement possible» avec le gouvernement

- Avec AFP

Cliché pris à Paris le 22 juin 2022 (image d'illustration).© GONZALO FUENTES Source: AFP
Vidéo
Cliché pris à Paris le 22 juin 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le député du Nord a estimé que la possibilité de participer à un gouvernement de coalition «n'aurait aucun sens» et serait «illisible». Il a ajouté que sur ce sujet, il n'y avait «aucun risque» de dissension au sein de la Nupes.

Le numéro 2 de La France insoumise (LFI), Adrien Quatennens, a affirmé ce 26 juin qu'il n'y avait «pas d'arrangement possible» avec un gouvernement d'Emmanuel Macron, assurant qu'il n'y avait «pas de risque» d'un éclatement de la coalition de gauche sur la question. Le chef de l’État a chargé le 25 juin son Premier ministre de sonder les groupes parlementaires afin de former un «gouvernement d’action» début juillet.

A France Inter, Franceinfo et Le Monde, le député du Nord a répondu que participer à un gouvernement de coalition «n'aurait aucun sens» et serait «illisible», car «on n'a pas entendu [Emmanuel Macron] bouger ni reculer d'un iota sur la réforme des retraites, ni sur la volonté d'imposer 15 à 20 heures de travail en contrepartie du RSA», notamment. 

Participer au gouvernement «n'aurait aucun sens», selon Quatennens

Rejoindre le gouvernement «n'aurait aucun sens et participerait des combines que nous ne voulons pas», a-t-il insisté, ajoutant : «Nous lui avons dit, il n'y a pas d'arrangement possible.» «Nous avons un mandat et il est clair, celui d'être dans l'opposition», a précisé Adrien Quatennens. 

Le chef de l’État a évoqué des discussions «des communistes aux LR», écartant d'emblée le RN et LFI qui pour lui ne sont pas des «partis de gouvernement».

Mais l'élu insoumis estime qu'il n'y a «pas de risque» d'un éclatement de la Nouvelle union populaire économique et sociale (Nupes). «Je ne crois pas, je ne vois pas comment un seul communiste» pourrait être tenté, a-t-il notamment souligné, remarquant que le numéro 1 du PCF, Fabien Roussel, qui avait eu l'air un temps séduit, «a rétropédalé».

«Je crois que la première personne qui au sein de la Nupes mettrait un seul doigt dans la proposition d'Emmanuel Macron, cela serait une purge absolue», a-t-il insisté.

«Nous avons installé un intergroupe parlementaire, nous voulons fonctionner ensemble, nous allons fonctionner comme un groupe», a-t-il assuré, rappelant que la Nupes allait déposer «la semaine prochaine une grande loi d’urgence sociale dans laquelle il y aura l’augmentation du Smic, le dégel du point d’indice, la revalorisation des fonctionnaires de 10% et aucune pension sous le Smic pour une carrière complète».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix